Europe Ministère de la Culture et de la Communication Région Réunion Le Port Consiel général de La Réunion
 
workshops
restitutions
le vendredi 16 mars 2018 à partir de 14h à l'ESA

avec Annie Abrahams, Samuel Vanderkeven, Cristof Dènmont, Thierry Cheyrol et Mathilde Claude Marty,
et les étudiants de l'ESA

© Thierry Cheyrol

restitutions
Plurimedia disciplinaire ; Peinture ; Dessin / Estampe

Annnie Abrahams Corps et nouvelles technologies. La performance en ligne comme outil de dévoilement ?

Aujourd'hui le corps humain est pénétré par les nouvelles technologies ; il est augmenté, prolongé, amélioré et surveillé par des applications. Le corps est contraint, maltraité, contrôlé et souvent oublié.
Le corps qui libère, qui rattache le virtuel au réel et en sens inverse, qui fait médiation, qui est entre. Le corps qui n'est plus jamais seul, mais n'a pas appris à être avec, ce corps lié est le champ de nos recherches.
Analyser quelques exemples ("L'un la poupée de l'autre" – "besides, compressed by communication " - "Angry Women"). Approches théoriques (Sherry Turkle, Annie Abrahams, Daniel Pinheiro, Randall Packer, Helen Varley Jamieson). Introduction à la méthode de reformulation de Deufert et Plischke comme méthode radicale de collaboration horizontale pour arriver à une proposition partagée.
Expérimenter la performance en ligne – pratique, technique, script, exécution, évaluation. Faire connaître la performance et les pratiques de performance en ligne aux étudiants. Analyser quelques exemples ("L'un la poupée de l'autre "besides, compressed by communication" - "Angry Women"). Approches théoriques (Sherry Turkle, Annie Abrahams, Daniel Pinheiro, Randall Packer, Helen Varley Jamieson).
Introduction à la méthode de re-formulation de Deufert et Plischke comme méthode radicale de collaboration horizontale pour arriver à une proposition partagée. Expérimenter la performance en ligne
– pratique, technique, script, exécution, évaluation.

Annie Abrahams
Née en 1954 à Hilvarenbeek aux Pays Bas elle vit et travaille en France depuis 1987. Elle a à la fois un doctorat de Biologie obtenu à l'université d'Utrecht en 1978 et un diplôme des Beaux-Arts acquis en 1985 à l'école des Beaux-Arts d'Arnhem.

Son travail qui utilise aussi bien la vidéo, la performance que l'Internet, questionne les possibilités et les limites de la communication, dont elle explore plus spécifiquement les modalités propres au réseau. Elle est internationalement reconnue en tant que pionnière de la performance en réseau. Elle a fait beaucoup de performances et a largement exposé son travail en France, y compris au Centre Pompidou, à Paris et dans de nombreuses galeries internationales, dont le Black Mountain College Museum + Arts Center à Asheville, North Carolina, US ; Espai d'Art Contemporani de Castelló, Espagne; le Museum of Contemporary Art, Tokyo, et le Center for Contemporary Armenian Experimental Art, Yerevan; et dans des festivals internationaux comme le Moscow Film Festival et le Festival international du film de Rotterdam, et sur des plateformes en ligne Workshop Plurimedia disciplinaire © Annie Abrahams comme Rhizome.org et Turbulence. "Corps et nouvelles technologies. La performance en ligne comme outil de dévoilement ?

Cheyrol, Mathilde Claude Marty "L'île, le cosmos et la cellule"

L'île vue du ciel, cet atome, cette cellule / ovule, contenant d'un matériel génétique, d'ADN et de recombinaison moléculaire. D'un bloc de minéral paraissant inerte, la méiose opérante nous mène vers le Vivant... La biologie, la géologie, la sismologie et les microcosmes symbiotiques : Autant de thématiques et de ponts entre les sciences et l'art. Partant de l'image de l'île, ce microcosme, on développe un univers, une cosmogonie (De l'infiniment petit à l'infiniment grand). Les métamorphoses et les représentations qui peuvent en découler étant riches en interprétations et en métaphores sémiotiques visuelles. Par-delà les apparences physiques, que nos yeux perçoivent, amener à nous poser la question de nos origines intrinsèques en constante évolution et qui nous composent. Celles qui nous lient réellement au reste du monde, voire de l'Univers (atome, cellule, molécule...). Elaborer un travail sur le détournement, la recomposition, la transformation d'une image et révéler ainsi son potentiel signifiant-signifié. De la stratosphère, une île ne ressemblerait- elle pas à un micro-organisme observé sous microscope? L'estampe utilisée ici comme médium d'expression artistique, possède cette approche du travail par couche successive, comme autant de strates géologiques révélées par le jeu des transparences sur une seule et même plaque d'impression. Cette plaque devient dès lors un système d'enregistrement "d'instants T " Dans le parcours artistique des étudiants, cet objet amènera une valorisation individuelle et commune de leur production.

Tierry Cheyrol
Né le 30 décembre 1972 à Bergerac., il vit et travaille à Marseille. Après des études artistiques à l'École des Beaux-Arts du Port en 1992, il termine son cursus à l'École Supérieure d'Art de Bourges et obtient le DNSEP en 1998. Son travail s'articule en premier lieu, autour d'interactions de l'humain sur son environnement naturel. Par l'utilisation de matériaux naturels industrialisés (papier mâché, plastique...), il crée des installations-volumes, mettant en exergue la main-mise illusoire de l'homme sur la Nature. Le factice étant une résultante des matériaux employés. Pratiquant également la bande dessinée à la diversité graphique foisonnante. Il revisite les mythes fondateurs de la création de l'Univers, de la Terre, des éléments de la Nature dont le premier livre, « Gaïa » sortie en 2017 aux éditions de La Cinquième Couche (5c) en Belgique, fait référence à la naissance de la Terre. Cette oeuvre-monde mêle des univers graphiques liés à l'imagerie des sciences du Vivant, de la physique quantique, des phénoménologies de la Matière-Mère... Il forge ainsi une cosmogonie personnelle et onirique, où l'émergence de méta-univers est une constante du travail de Thierry Cheyrol.

Mathilde Claude Marty
L'Artiste plasticienne est née en 1983 à Bayonne. Fascinée par la pop culture qu'elle soit musi-cale, photographique, artistique et pornographique, elle nous donne à voir des créations gra-phiques, des gravures, des peintures et des installations, qui extraient autant des représentations classiques de nues, que des images érotico-pornographiques contemporaines, et s'essaye à brouil-ler la position passive et contemplative que l'on peut avoir face à cette imagerie populaire.Empreinte d'une démarche artistique Pop-Art, sa recherche esthétique et plastique se joue de la crudité, de la frontalité, des codes populaire, du multimédias, de la sexualité et de son sens éro-tique inhérent. Mathilde Claude-Marty est également co-fondatrice de l'association Studio Marmelade, dont l'essence même est de promouvoir et de soutenir l'art à La Réunion, qui propose notamment la production de multiples et l'organisation d'expositions collectives et caritatives.

Samuel Vanderkeven, Cristof Dènmont Le super beau nouveau monde 2
Quelles images associons-nous à l'idée de paradis terrestre ? Quelle place tient encore la sacrée face à l'imagerie produite par le capitalisme et la mondialisation? Comment donner du sens à une approche picturale autour de cette idée de paradis terrestre? Ce workshop prend comme point de départ l'image, y compris dans sa négation. Qu'on fasse le choix d'une approche réaliste, figurative ou abstraite, comment mettre ces différentes problématiques au service de son propos ?

Samuel Vanderveken
La pratique artistique de Samuel Vanderveken ne vise pas à l'application répétée d'une technique similaire sur des sujets variés; ni à la reconnaissance. Il cherche plutôt une compréhension intense et profonde du médium de la peinture sans chérir l'illusion d'un but final. C'est plutôt le chemin lui-même, l'énergie du ”semper excelcius", qui est son but. Cette recherche profonde donne un sens à une existence absurde et déterminée: deux concepts qui sont essentiels dans son travail. Parce que plus la forme est diverse, plus le message de Samuel Vanderveken est consistant, qui a trouvé l'humus dans les idées de Camus, Kafka, le monde de la bande dessinée et de la philosophie taoïste. Cela se manifeste dans des scènes, figuratives ou abstraites, dans lesquelles tout semble possible, dans un tourbillon de forme et de couleur, agréablement chaotique ou un peu fou. Les images partent de l'expérience et évoluent vers l'idée, ou inversement, comme si l'artiste était toujours à la croisée des chemins où il pouvait aller dans toutes les directions.
Samuel Vanderveken a étudié le graphisme et la peinture à Gand et Nottingham (Royaume-Uni). De 2009 à 2012, il a été le moteur de l'asbl artistique Opa Malyn à Malines. Après une résidence d'un an à Leipzig (D), il s'installe à Bruxelles où il vit et travaille actuellement. Le travail de Vanderveken est montré à De Garage, Malines, Het Paviljoen, Gand, Westpol Air Space, Leipzig (D) et S.M.A.K., Gand.

Cristof Dénmont
Artiste plasticien, Cristof Dénmont est né en 1977 et est diplômé de l'École Supérieure des Beaux-arts de Marseille. Principalement orientée vers la peinture, le texte et le dessin, sa pratique s'intéresse à l'inconscient collectif et produit des combinaisons visuelles expressives, chroniques d'un imaginaire insulaire au sein d'un monde globalisé. Cristof Dènmont est également l'un des membres fondateurs du Collectif aléAAA avec lequel il expérimente de nouvelles approches artistiques en confrontant dessin, installation et spectacle vivant (Repères en 2009 et Marelles en 2013, et Axis en 2016).
Cristof Dénmont enseigne à l'ESA Réunion et son exposition "Purgatoire" est actuellement présentée à Ter'la.

Facebook